Circula SuperSport : Test & Avis

22 mars 2022

Si Circula est une marque totalement inconnue, ou presque, du grand public, cela n’empêche pas qu’elle gagne selon nous a être connue. D’abord parce qu’elle produit d’excellentes montres automatiques conçues en Allemagne et ensuite parce qu’elle est très attentive aux goûts et envies des passionnés d’horlogerie.

C’est d’ailleurs grâce aux plus de 4 500 votes d’un forum d’amateurs de montres que Circula a mis au point la SuperSport, une plongeuse de type « super compressor » qui n’a rien à envier aux modèles équivalents des poids lourds du secteur. Mr Montre a eu l’occasion de la tester pendant plus d’un mois…

img 20220318 143005

Une montre aussi jolie de jour que de nuit

Circula, du sur-mesure « made in germany » depuis 1926

Circula est une « micro-marque » allemande qui fait parler d’elle depuis 2016, mais dont les racines remontent à 1926. À cette époque, la famille Huber, basée à Pforzheim, fonde Huber & Co, une société de distribution spécialisée dans les bijoux et les montres. À la fin de la Seconde Guerre mondiale, Heinz Huber reconstruit entièrement l’entreprise familiale détruite par la guerre. En 1950, il fait prendre un virage à Huber & Co en créant un département dédié à la conception et à la fabrication de garde-temps. Le nom de « Circula » fait son apparition en 1955 et fait référence au mouvement circulaire du balancier.

Cornelius Huber relance la Maison allemande en 2016 tout en conservant l’ADN de la marque. Les parents de Cornelis lui offrent pour son mariage l’une des premières montres Circula de 1955. La légende raconte que c’est ce présent qui l’incite à faire revivre cette marque familiale.

Après avoir proposé en 2017 une montre plus moderne tant sur le plan esthétique que technique, la Heritage Automatic, c’est en fin d’année dernière qu’une plongeuse de type « super compressor » (avec une double couronne) a été dévoilée : la SuperSport. Nous l’avons testée en long, en large et en travers, pendant près de cinq semaines.

img 20220317 132634

Test de la montre Circula SuperSport

Chez Circula, il existait déjà de nombreuses gammes de montres à quartz (avec la Retro Quartz) ou automatiques conçues pour les amateurs de sport (le trail avec la ProTrail ou les sports nautiques avec la AquaSport I et II) ou pour porter avec un look plus habillé (avec la Classic Automatic Redgold). La SuperSport est la première « vraie » plongeuse de la marque. Et cette SupertSport ne fait pas les choses à moitié : on retrouve en effet une double couronne, une lunette rotative unidirectionnelle interne et une étanchéité de pas moins de 300 mètres.

Notons que la SuperSport est disponible via trois coloris de cadrans : noir, vert et gris. Chacun des modèles peut être associé à un bracelet en caoutchouc ou en acier. Nous avons choisi de mettre en avant sur Mr Montre la Circula SuperSport noir et orange, avec son bracelet en acier, facturée 799 €.

First look : Cadran noir et orange, double couronne, lunette rotative intégrée dans le boîtier, bracelet acier pour un look sport et work wear (boîtier de 40 mm).

Le boîtier

img 20220317 132930

Le boîtier de la plongeuse de Circula n’est pas surdimensionné malgré son étanchéité à 300 mètres. Il est en effet de « seulement » 40 mm, pour un corne à corne de 46,5 mm et une épaisseur de 12,8 mm (13,3 mm avec le verre saphir). En termes de finition, le boîtier poli de la SuperSport est en acier 316L.

Ce « super compressor » dispose donc d’un boîtier en forme de tonneau capable de gérer la pression des eaux profondes. On retrouve à deux et quatre heures deux couronnes, la première permettant d’effectuer une rotation (120 clics) sur sa lunette intérieure unidirectionnelle. La seconde, vissée, avec son rappel orangé sur la tranche, prévue pour régler la date du jour (guichet à six heures) et l’heure. La SuportSport intègre un stop-seconde pour faciliter le réglage de l’heure.

Le fond de boite est plein et laisse apparaître la gravure d’un scaphandrier en plus des mentions habituelles : « made in germany », « swiss movement », étanchéité à « 300M / 1 000 FT »…

img 20220317 133151

Le cadran & la lecture de l’heure

img 20220317 133337

La SuperSport est reconnaissable grâce à son magnifique cadran noir, orange et vert. Il est protégé par un verre saphir légèrement bombé doté d’un double traitement anti-reflet à l’intérieur. Résultat : on remarque au premier regard la profondeur du cadran qui fait écho à la profondeur des océans.

Le cadran de cette montre est de type sandwich, c’est à dire qu’elle superpose plusieurs éléments : le rehaut qui fait office de lunette rotative intérieure, le chemin de fer, le guichet de date à 6h, les trois aiguilles heure/minute/seconde et les index de quart d’heure verts.

Tous les éléments verts sont d’ailleurs luminescents grâce au traitement SuperLumiNova C3 (X1 Grade). Comme vous le verrez sur nos photos, la lecture de l’heure de nuit est quasi parfaite ! Il n’y a que l’aiguille des secondes qui n’a qu’un traitement « discret » de la luminescence (seul l’extrémité de la trotteuse est équipée de Super-Luminova). Notons enfin la présence d’un cercle en pointillé noir et orange au milieu du cadran qui est du plus bel effet et qui propose un rappel de l’orange présent sur la couronne à 4h, la trotteuse et la lunette rotative.

img 20220318 143020

Le mouvement

La SuperSport intègre un calibre suisse Sellita SW 200-1, doté de 26 rubis, qui carbure à 28 800 alternances par heure et qui propose une relativement confortable réserve de marche de 38 heures. Certes nous aurions aimé pouvoir la laisser sur la table de nuit pendant un week-end entier sans avoir à la remonter le lundi matin mais ce chiffre est déjà honorable. La montre peut être remontée manuellement ou automatiquement grâce à la force du poignet (via son balancier).

Cela lui permet d’avoir une précision de l’ordre de -5/+10 secondes par jour. La configuration du calibre a été faite par les équipes techniques de la marque à Pforzheim en Allemagne. Résultat : notre modèle de test est encore plus précis, avec un retard de seulement 2 à 3 secondes par jour. Un excellent score pour une montre qui n’est pas certifiée COSC.

Le bracelet

img 20220317 133018

Il y a tant à dire sur le bracelet en acier qui équipe notre SuperSport. Il est tout d’abord très confortable à porter, grâce entre autres à son micro ajustement sur six positions. Ce bracelet H-Link de 3 maillons avec des finitions satinées et polies peut être facilement adapté à la circonférence de chaque poignet, la marque ayant eu la bonne idée de fournir par défaut un tournevis pour retirer les maillons superflus. Pratique.

Le fermoir est de plus très bien conçu, de type boucle déployante double. Nous oublierions presque qu’avec ce bracelet la montre pèse tout de même 175 grammes sur la balance. Vous l’aurez compris, ce fermoir nous inspire confiance. Notons enfin qu’il est possible de changer aisément de bracelet sans outil. L’entre-corne est standard : 20 mm.

img 20220317 132827

Récap technique

  • Boîtier : Acier inoxydable 316L
  • Taille : 40 mm (46,5 mm de corne à corne)
  • Épaisseur : 13,30 mm
  • Mouvement : Sellita SW 200-1, 28 800 alternances par heure, 38 heures de réserve de marche
  • Verre : saphir légèrement bombé, double traitement anti-reflet à l’intérieur
  • Fond de boite : plein avec un scaphandre gravé
  • Bracelet : acier (type H-Link) / interchangeable rapidement / entre-corne de 20 mm / Boucle déployante double fermeture/ micro ajustement du bracelet sur 6 positions
  • Résistance à l’eau : 30 ATM / 300 m
  • Garantie : 2 ans

L’avis de Mr Montre sur la Circula SuperSport

La Circula SuperSport est une plongeuse qui gagne à être connue ! La qualité de finition est exemplaire, le bracelet en acier est bien conçu et confortable, le mouvement suisse qui l’équipe est très précis et son rapport qualité/prix est (presque) imbattable.

Surtout que la version de la SuperSport équipée d’un bracelet en caoutchouc est proposée à 699 € contre 799 € pour le modèle en acier testé sur Mr Montre. Cette montre n’est pas parfaite pour autant : le traitement luminescent sur la trotteuse aurait mérité d’être plus marqué, le modèle avec son bracelet acier est assez lourd (175 grammes contre 105 grammes pour le modèle en caoutchouc), la couronne de la lunette rotative est parfois difficile à manipuler mais tout est oublié grâce à son magnifique cadran qui ne laisse personne indifférent.

Découvrir la montre Circula SuperSport / 799 €
A propos de

Passionné de nouvelles technologies et de web depuis la fin des années 1990, Alexandre s'intéresse aux montres connectées et mécaniques depuis quelques années déjà. Pour se donner l'illusion de maîtriser son temps à défaut de le prendre !

Pas de commentaire
    Laissez un commentaire

    Abonnez-vous à notre newsletter hebdo

    vous pouvez vous désinscrire à tout moment ;)

    Abonnez-vous à la newsletter

    Chaque samedi, recevez le meilleur de Mr Montre directement dans votre boîte email.

    Vous pouvez vous désinscrire à tout moment ;)

    Merci !