francois moreau une min

Entretien avec François Moreau, CEO de Reservoir : « Nous sommes en train de développer d’autres complications autour du chronographe ou du GMT »

20 janvier 2022

Pour bien débuter l’année 2022, nous inaugurons sur Mr Montre une nouvelle rubrique baptisée « Entretien avec » qui va nous permettre de faire le point sur les activités d’un acteur du marché de l’horlogerie. Merci à François Moreau, le CEO et fondateur de RESERVOIR Watch, d’avoir accepté de répondre à nos questions.

francois moreau 5

François Moreau bonjour, d’où vous est venue l’idée de créer la marque Reservoir ?

L’idée m’est venue en combinant 2 passions : l’horlogerie bien entendu mais également les compteurs anciens et autres instruments de mesure qui m’ont toujours fasciné et ce depuis mon plus jeune âge ☺ ! Un jour où j’étais en train de conduire et où je regardais attentivement mon compte-tours, j’ai réalisé qu’il fonctionnait comme une minute rétrograde sur un angle de 240°, partant d’une position zéro et allant jusqu’à une position max puis revenant à zéro.
En appliquant ce principe à une montre, il ‘suffisait’ ensuite de rajouter une heure sautante et une réserve de marche pour obtenir un résultat horloger à l’inspiration très automobile ou aviation et offrant un design aussi unique que distinctif – personne n’ayant jamais eu cette idée, j’ai du coup immédiatement protégé avec des dépôts dans plus de 40 pays.

Passer de l’univers de la banque chez HSBC à entrepreneur dans le monde de l’horlogerie, est-ce un exercice difficile ?

Cette transition s’est faite de manière progressive, par étapes et enchaînements de bonnes nouvelles comme l’identification de notre partenaire horloger, le succès d’une première levée de fonds ou la constitution d’une équipe de top niveau. Si bien entendu le fait de passer de cadre dirigeant dans une banque internationale à créateur d’entreprise – où il faut avoir en permanence les mains dans le cambouis pour réussir – est un véritable challenge. Mais quand les planètes s’alignent et que la vision stratégique est claire, alors tout devient facile pour ne pas dire évident, permettant de dépasser les obstacles de manière assez naturelle – bien qu’en déployant une énergie folle !

Pouvez-vous nous présenter la marque Reservoir en chiffres ?

Aujourd’hui RESERVOIR, c’est une petite quarantaine de modèles organisés autour d’une dizaine de collections, une dizaine de salariés et une présence dans 24 pays et 75 points de vente. L’activité a connu une très forte croissance même si le Covid a nécessairement freiné cette croissance de la marque ces 2 dernières années.
Ceci dit, depuis l’automne dernier nous connaissons à nouveau une croissance à deux chiffres et disposons de perspectives de business et de commandes en cours qui nous laissent penser que cette année devrait bénéficier d’une dynamique particulièrement soutenue.

Comment se répartissent les ventes entre les ventes Internet et les ventes physiques ? Une tendance se démarque-t-elle ?

Notre business model s’appuie sur une distribution traditionnelle constituée de revendeurs multimarques, de grands magasins et de plate-formes e-commerce type Farfetch. La partie digitale des ventes reste largement minoritaire, les clients finaux appréciant le plus souvent de pouvoir évaluer le produit en main propre – surtout compte tenu de son prix (dans les 3 800 à 4 500 €), mais également d’être rassuré par la présence d’un revendeur souvent déjà bien connu par le client.
Ceci dit, le Covid a entraîné un changement dans les comportements des consommateurs ayant pour conséquence une forte accélération des ventes sur Internet, même si leur proportion reste toujours minoritaire.

Quelles ont été les principales difficultés liées à la création de cette marque de montres ? Le marketing, la diffusion, le choix des ambassadeurs ?

Créer une marque d’horlogerie de luxe ‘from scratch’ regorge effectivement de nombreuses difficultés et autres challenges : développer les complications en contrôlant les coûts de revient afin de disposer de marge suffisante pour financer la croissance de la marque, construire un réseau de distribution international permettant de faire rayonner la marque dans les points de vente de montre de luxe, développer la notoriété de la marque qui nécessite de gros investissements marketing mais également beaucoup de temps etc….
Mais, cette démarche de création présente également des opportunités au fil de l’eau et la plupart des collaborations que nous avons développées l’ont été suite à des rencontres fortuites ou à des croisements d’idées.

gt tour sans date porte webp

La plupart des nouvelles marques françaises de montres font financer leurs projets sur Kickstarter. Comment expliquez-vous ce phénomène ?

Kickstarter est un formidable moyen pour initier un projet horloger, pour tester un concept ou un design sur le marché et pour pré-financer un lancement de marque. Le modèle est très vertueux tant pour la marque pour les raisons précitées que pour les amateurs de montres qui peuvent se procurer des créations originales avec des conditions très intéressantes (souvent 30 à 40 % de remise) tout en appréciant de pouvoir contribuer personnellement à la création d’une marque ou d’un modèle et d’en faire quelque part un peu partie.
En revanche une telle approche n’est selon moi possible qu’en restant sur des gammes de prix abordables – c’est-à-dire sous la barre des 1 000 à 1 500 euros. Ainsi je connais très peu de marques horlogères qui ont réussi des campagnes Kickstarter sur des prix au-dessus de ce type de seuils.

Vous avez aujourd’hui un modèle de montre, décliné en plusieurs gammes pour les fans d’automobile, de la mer ou de l’air, qui propose à la fois les heures sautantes et les minutes rétrogrades. Quand envisagez-vous de proposer de nouveaux modèles dotés d’autres complications ?

Effectivement l’ensemble de nos collections aujourd’hui dispose de ces trois complications : heure sautante, minutes rétrograde, réserve de marche – la déclinaison de nos créations se faisant par univers d’inspiration comme les automobiles des années 30, l’aviation de la seconde guerre mondiale, la marine fin 19e etc….
Au-delà de ces 3 modèles existants, nous sommes en train de développer d’autres complications autour du chronographe ou du GMT et nous ferons des annonces en ce sens durant les salons horlogers de Genève en mars prochain : stay tuned ☺ !

Vous intégrez dans vos montres un calibre ETA 2824-2 modifié et personnalisé par vos soins, pour une réserve de marche de 37 heures. Envisagez-vous de développer à moyen terme votre propre calibre pour gérer davantage de complications et augmenter cette réserve de marche qui pour certains peut être un peu juste ?

En réalité nos montres intègrent deux composants : effectivement un mouvement ETA 2824-2 d’une part, et d’autre part un module de complications propriétaire breveté constitué de 124 composants. Ce module de complications, qui a été examiné par de nombreux spécialistes horlogers, a reçu un avis unanimement positif sur la qualité de sa conception (notamment le dispositif de sautoir ou les sécurités à ‘débrayage’).
Comme vous le soulignez, le fait d’utiliser un 2824 tire notre module vers le bas, en raison de cette réserve de marche qui est effectivement très juste, empêchant par exemple de passer le week-end.
Dans ce contexte, nous travaillons depuis plusieurs mois sur l’évolution de notre mouvement et nous ferons des annonces en ce sens en mars prochain avec un calibre offrant une réserve de marche beaucoup plus élevée.

En dehors des montres Reservoir, quelles sont les 3 montres de votre collection dont vous êtes le plus fier ?

Depuis que j’ai créé la marque, je ne porte plus que des montres RESERVOIR bien entendu.
Avant que je ne me lance dans cette aventure entrepreneuriale, ma passion horlogère m’a amené au fil des années à collectionner pas mal de modèles de différentes marques, pièces dont je ne me suis jamais séparé : j’ai beaucoup aimé les designs originaux de Bell & Ross (pas forcément d’ailleurs les BR-01 mais plutôt les classiques). Je suis également très fan de la marque Zenith et dispose de plusieurs pièces comme une Fly Back El Primero. Dans un registre plus classique j’apprécie beaucoup la marque Jaeger-LeCoultre et ai notamment dans ma collection une Master Control Geographic à l’élégance aussi chic qu’intemporelle ou bien encore ma Glashütte Panoreserve dont la finition est tout simplement remarquable.

Monsieur Moreau, je vous remercie.

 

Reservoir Longbridge British Racing : Test & Avis

A propos de

Passionné de nouvelles technologies et de web depuis la fin des années 1990, Alexandre s'intéresse aux montres connectées et mécaniques depuis quelques années déjà. Pour se donner l'illusion de maîtriser son temps à défaut de le prendre !

2 Comments
  • JM50
    22 janvier 2022 at 19 h 23 min

    Tres bonne interview bravo ! Elle montre a la fois le challenge d’un createur d’entreprise (« les mains dans le cambouis ») et la passion d’un homme pour les montres. Long lReservoir !

    Reply
    • Alexandre H.
      23 janvier 2022 at 7 h 28 min

      Merci beaucoup et à très bientôt sur MrMontre.com 🙂

      Reply
Laissez un commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter hebdo

vous pouvez vous désinscrire à tout moment ;)

Abonnez-vous à la newsletter

Chaque samedi, recevez le meilleur de Mr Montre directement dans votre boîte email.

Vous pouvez vous désinscrire à tout moment ;)

Merci !