samsung galaxy watch 4 classic une min

Samsung Exynos W920 : la puce tout-en-un la plus puissante pour les smartwatchs ?

8 octobre 2021

Petit à petit le marché des puces pour smartwatchs se professionnalise. Si jusque-là la plupart des constructeurs de montres connectées faisaient appel à des tiers, dont le géant Qualcomm, pour gérer le processeur, la mémoire et la partie graphique de leurs produits mobiles, Samsung a récemment déterré la hache de guerre en annonçant la sortie de sa propre puce baptisée Exynos W920 et annoncée comme la plus puissante du monde. Et c’est également une puce qui a l’avantage d’être déjà intégrée dans un produit (phare) de la marque : la Samsung Galaxy Watch 4.

samsung exynos w920 png

Une puce qui allie puissance et finesse de gravure

Un nouveau concurrent pour la future puce ultra-puissante Snapdragon Wear 5100 de Qualcomm ? Sans aucun doute si l’on en croit le communiqué de presse de Samsung annonçant fièrement la sortie de sa puce tout-en-un (que l’on appelle également SoC pour System on a Chip) Exynos W920. Cette dernière a été dévoilée en août dernier et est donc déjà intégrée dans de premiers produits disponibles à la vente, à savoir l’ensemble des Samsung Galaxy Watch 4 (Classic ou non, 4G ou non). Il s’agit plus précisément de la première puce spécifiquement optimisée pour fonctionner sur des montres connectées.

Elle permet de disposer d’un modem 4G LTE Cat.4 (pour les modèles compatibles évidemment), d’un cœur ARM Cortex M55 dédié à la gestion des écrans always-on (qui affichent l’heure en permanence), de deux cœurs ARM Cortex A55 pour accroitre la puissance brute et d’une puce graphique (GPU) Mali G68. Et surtout, et c’est une première, l’ensemble du SoC est gravé en 5 nm, ce qui lui permet d’allier puissance et autonomie. Concrètement, cette nouvelle puce de Samsung est annoncée comme pouvant permettre aux smartwatchs d’avoir une autonomie d’une semaine entière, de gérer des écrans avec une définition maximale de 960 x 540 pixels et d’être plus puissante de près de 20 % par rapport aux puces qui équipaient jusque-là les précédentes Galaxy Watch 3, qui étaient gravées en 10 nm. La partie graphique serait également boostée de +10 % environ. Deux versions de cette puce sont déjà annoncées dont l’une dédiée aux smartwatchs milieu de gamme.

Les premiers retours sur la Galaxy Watch 4 Classic

Samsung a donc intégré la puce Exynos W920 sur ses Galaxy Watch 4. Nous avons la chance de tester depuis plusieurs semaines une Galaxy Watch 4 Classic et, en attendant de consulter notre test complet sur Mr Montre, nous pouvons dores et déjà confirmer que la smartwatch est très puissante. Les temps de latence entre un « clic » au doigt ou via un bouton physique et sa compréhension par le système Wear OS, développé conjointement par Samsung et Google, sont totalement imperceptibles. Notons que les Galaxy Watch 4 sont équipées de la version double cœur cadencée à 1,18 Ghz de la puce Exynos 920. En revanche, côté autonomie c’est une toute autre histoire. Là où Samsung promet jusqu’à une semaine d’autonomie, nous n’avons guère – pour le moment – dépassé les 1,5 jour d’autonomie en utilisation standard. Néanmoins, les mises à jour logicielles de la montre sont régulières et nous ne manquerons pas de vérifier dans les faits si les prochaines mises à jour permettront à la Galaxy Watch 4 de réellement gagner en autonomie. Affaire à suivre.

Pas de commentaire
    Laissez un commentaire

    Abonnez-vous à notre newsletter hebdo

    vous pouvez vous désinscrire à tout moment ;)

    Abonnez-vous à la newsletter

    Chaque samedi, recevez le meilleur de Mr Montre directement dans votre boîte email.

    Vous pouvez vous désinscrire à tout moment ;)

    Merci !