Swiss Made : tout ce qu’il faut savoir sur ce label

Swiss Made : tout ce qu’il faut savoir sur ce label
Publicité
Amazon
Publicité
hamilton

Au risque d’en décevoir beaucoup et contrairement à ce que l’on pourrait penser, le label « Swiss Made » ne signifie pas que les pièces de la montre mécanique en question sont toutes de fabrication suisse. Il faut dire que les tocantes actuelles qui peuvent s’en vanter sont rares et coûtent très cher. Comment s’y retrouver, et surtout comment savoir ce que vaut vraiment le garde-temps acheté ?

Ce n’est un secret pour personne, les montres suisses jouissent d’une excellente réputation dans le monde entier, bâtie au fil des siècles sur un savoir-faire précis et de hautes exigences. Symbole de prestige, d’innovation et de qualité irréprochable, une tocante labellisée « Swiss Made » requiert des critères bien précis pour pouvoir s’afficher en tant que telle. Il existe une loi édictée par le gouvernement suisse, visant à protéger cette dénomination et à garantir son intégrité afin d’éviter les utilisations abusives dans l’industrie horlogère.

L’ordonnance du Conseil fédéral suisse du 28 août 1992 établit ainsi un cahier des charges précis dans lequel sont listées toutes les exigences du fameux label. En 2007, la Fédération horlogère a souhaité renforcer les règles inhérentes au « Swiss Made ».

Les critères d’une montre suisse :

  • Intégrer un mouvement suisse ;
  • Intégrer un mouvement emboîté en Suisse ;
  • Contrôle final effectué en Suisse par le fabricant ;
  • 60% minimum du coût de revient de la montre sont générés en Suisse (soit « 60% de valeur suisse »).

Les critères du mouvement suisse :

  • Avoir été assemblé en Suisse ;
  • Avoir été contrôlé par le fabricant en Suisse ;
  • 60% minimum du coût de revient sont générés en Suisse (soit « 60% de valeur suisse ») ;
  • Être de fabrication suisse pour au moins 50 % au moins de la valeur de toutes les pièces constitutives (sans le coût de l’assemblage).

Petite précision : la loi autorise l’utilisation de pièces « étrangères », mais stipule que l’assemblage du mouvement et les essais finaux doivent se dérouler en Suisse avec le pourcentage indiqué concernant les composants et notamment le mouvement.

Attention, ce n’est pas parce qu’une montre est d’origine suisse qu’elle bénéficie pour autant de la certification « Swiss Made ». Pour cela, elle doit remplir tous les critères ci-dessus. Si, par exemple, elle est assemblée en Suisse mais que la majorité des pièces qui la composent ont été fabriquées dans un autre pays (Chine), alors elle ne pourra pas prétendre au label.

Une montre mécanique de base comprend de nombreuses pièces différentes mais la production en Suisse peut coûter très cher, plus que dans d’autres pays. Ainsi, bien que beaucoup d’horlogers respectent la règle des 60%, ils sont nombreux à utiliser dans leurs mouvements des pièces provenant de pays comme la Chine, dont les coûts sont largement moins élevés.

ARTICLES SIMILAIRES

  • Emeric
    Le 29 août 2019 à 15 h 14 min

    Très intéressante introduction. Maintenant, à quand un article qui explique comment jouer avec l’origine de facturation pour être labellisé SWISS MADE sans pour autant répondre aux critères techniques de production SWISS MADE ?

  • Abonnez-vous à la NewsLetter

    Chaque samedi, recevez le meilleur de MrMontre directement dans votre boîte mail.
    Vous pouvez vous désinscrire à tout moment ;)